Un manchot, ça n’a pas de poche pour mettre les sous

Par défaut

Mes pensées sur l’essai « Logiciels libres : Free as a beer ».

Suivant les conseils de Tristan Nitot, je viens de lire un essai de Bruno Lemaire et Bruno Decroocq sur le rapport entre les Logiciels Libres (LL) et l’argent.

C’est un article super interessant car il soulève des questions sur l’avenir du libre au moment où les autorités publiques prennent conscience de leur interêt en terme de liberté et en terme de coût.

Ils démontrent que la gratuité est certe une chose dont la communauté veut séparer de la liberté, mais c’est indéniablement un facteur de réussite des LL. De ce constat, comment vivre des LL dans une société capitaliste ? Beaucoup ont essayé et s’y sont cassé les dents, d’autres essaient encore et réussissent avec plus ou moins de brio. La société capitaliste cherche donc à  embrasser les LL d’une manière ou d’une autre. Et c’est toujours dès qu’il s’agit d’argent que tout part en couille.

L’article se termine sur des questions ouvertes sur le devenir du volet « sociopolitique » des LL, comment la communauté va pouvoir évoluer face à  cette société qui s’éveille à  elle.

C’est là  que je pense au livre que je suis entrain de lire sur les conseils d’un lecteur du Standblog : La Fin du Travail, de Jeremy Rifkin. Il prône une évolution de la société vers un modèle d’activité associatif sans valeur marchande. Peut être là  est la solution pour vivre du libre ?