Change the world

Par défaut

Tristan Nitot a été élu personnalité ayant marquée 2008 sur 01Net. Un fait qui l’a surpris parce que ça le place devant des politiques ou autres grands patrons. À travers ce vote, il voit toutefois un espoir :

Et si on assistait à la montée en puissance d’une nouvelle forme de pouvoir, celle de la participation des internautes ? Pas vraiment une démocratie, mais plutôt l’avènement des gens qui prennent leur destin en main, qui ne se contentent pas d’agir en consommateurs passifs. Rien ne me ferait plus plaisir ! Bien sûr, c’est encore hésitant, la preuve c’est que je suis à peu près sûr que tu n’as pas participé au vote toi même. Et Papa encore moins ! Si une mère ne vote même pas pour son propre fils qu’elle aime, c’est qu’il y a encore des barrières importantes à la participation. Mais c’est quand même un message d’espoir, ou c’est au moins comme ça que j’ai envie de le prendre : l’avènement d’un 5eme pouvoir, celui des gens qui se prennent en main et construisent le futur numérique.

Un 5e pouvoir mort-né

Ce 5e pouvoir existe pourtant déjà : c’est censé être les citoyens. Malheureusement, ce 5e pouvoir n’en a que très peu. Je ne parlerais que du cas français mais je suis sûr que ce sera transposable pour d’autres démocraties. On a le droit de vote qui permet d’élire certains de nos dirigeants en choisissant ceux qu’on juge nous représenter le mieux. Mais personne n’est dupe, ça ne marche pas vraiment, pour preuve le taux toujours important d’abstentions sauf cas de duel exceptionnel.

J’ai fait partie de ces gens qui grossissaient ce taux d’abstention. Dans un premier temps parce que je ne m’intéressais pas du tout à la politique, et dans un deuxième temps parce que je ne me reconnaissais pas dans les différents mouvements. Ajoutons à cela l’impression qu’on a de toutes façons pas notre mot à dire, il y a de quoi décourager ce 5e pouvoir.

A new hope

Pourtant, l’espoir de Tristan, je le partage. Ce 5e pouvoir n’avait pas les outils pour agir de part lui-même. Les urnes et les manifestations ne sont que de la poudre aux yeux. Les médias ne sont qu’un vecteur à sens unique. Aujourd’hui, avec Internet, l’information circule dans les deux sens. Au contraire du téléspectateur, l’internaute est actif face à son média. Il choisi les sites qu’il fréquente, il peut confronter plusieurs sources et peut lui aussi diffuser de l’information par ses propres moyens. Des newsgroups du début d’Internet, on est passé de la « page perso » des années 80-90 aux forums pour être actuellement sur la mode des blogs, on n’a jamais manqué de moyen pour diffuser de l’information. Ce qui fait la différence en ce moment, c’est le fait que ces moyens sont de plus en plus simple d’accès permettant au plus grand nombre d’en prendre possession pour, à son tour, y aller de sa plume.

Du coup, on n’a plus ce rapport passif face à l’information, on réagit, on rebondit, on débat sur les informations qu’on assimile pour être à la fois récepteur et émetteur d’informations, permettant encore plus de croisement et de confrontation. Et de nos jours, l’information c’est le pouvoir, l’informatique est la science du traitement de l’information, pouvoir donner au citoyen la capacité d’agir sur l’information, c’est faire naître pour de vrai ce 5e pouvoir. Une autre vertu est que l’information devient de plus en plus décentralisée, limitant les risques de sa manipulation à des fins peu louables.

Patience

Toutefois, il faut garder les pieds sur terre : ça ne reste qu’un espoir. Les politiques commencent à sentir qu’ils perdent le contrôle. Sous couvert de protection du citoyen contre les abus et autres excès, sous couvert de la lutte contre le piratage, ils essaient de mettre des moyens judiciaires et techniques pour mettre la main basse sur cette liberté pas assez cadrée. La loi Hadopi en est une triste illustration, et la Chine leur montre la seule voie possible pour garder sous contrôle « l’Internet ».

Mais je garde espoir car il est trop tard. A moins de museler la Terre entière d’un seul coup, manu militari, aucun moyen technique ne sera assez fiable pour empêcher les gens de passer entre les mailles du filet. Thierry Crouzet, ex-journaliste, ex-ingénieur, « expert en rien du tout » comme il aime le revendiquer, résume tellement bien mon sentiment et pointe un aspect que j’avais négligé : l’aspect économique qui les poussera toujours à la faille.

Ce qu’il manque, c’est une prise de conscience, une volonté des gens pour prendre le contrôle de ces outils si puissants qu’ils leur permetteront, dans un avenir à moyen terme, de changer le monde. Et vous, êtes-vous muni des outils du changement ?

8 réflexions au sujet de « Change the world »

  1. Jaessa

    Non. Enfin si. Mais non.
    Parce qu’autant que la politique, ça ne m’intéresse pas tellement. Je lis. J’intègre des informations bien trop souvent fausses, incomplètes ou dépassées. J’ai l’impression limite qu’on revienne dans une cour d’école primaire où le « han mais si, c’est mon père qui m’a dit que… » est remplacé par un non moins non crédible car dépourvu de vrais bases : « Han mais si, c’est mon site internet qui m’a dit que… »

    C’est comme les enfants. Ca manque de maturité. Et je suis pas sûre qu’on le verra arriver à l’âge adulte. Ou alors, on le verra finir délinquant, ce 5ème pouvoir.

  2. Geobert

    C’est pour ça que je parlais de croisement de sources d’informations, ça permet de minimiser cet effet là. J’ai plusieurs sites parlant du même sujet et parfois je vois des incohérences qui me font aller chercher plus loin. Mais je suis d’accords sur le fait que ça manque de maturité tout ça. On est au départ d’une grande aventure qui nous mènera quelque part. Va savoir si ce sera bien ou pas…

  3. Je rejoins l’avis de Jaessa :
    « J’intègre des informations bien trop souvent fausses, incomplètes ou dépassées.  »

    Je suis également d’accord avec toi Geobert, il faut croiser les infos!
    Hélas, je ne suis pas sur que les internautes ont le temps de lire plusieurs sources d’infos et de les vérifier!
    Qui dit que ces sources multiples sont bonnes?
    Combien y a t’il de beaux parleurs sur le net qui peuvent te faire croire n’importe quoi et en passant pour des spécialistes?

    Tristan Nitot est un pro du libre!
    Je le sais parce que je suis régulièrement la vie des logiciels libres, parce que je l’ai vu aux RMLL, parce que je prends le temps de lire et suivre ce qu’il fait…

    Je repose ma question :
    combien de personnes utilisant Firefox connaissent T. Nitot?
    combien de personnes de bonnes volontés ont le temps de lire « Internet & Création de Philippe Aigrain »(http://www.framablog.org/index.php/post/2008/10/29/internet-et-creation-de-philippe-aigrain)?

    Si les personnes ne prennent pas le temps d’étudier toutes ces données ça ne marchera pas mieux qu’aujourd’hui où ils n’ont pas plus le temps de lire et regarder les journaux, discuter entre eux, lire des livres,etc…

  4. Geobert

    C’est là que la technologie doit se mettre au service de l’utilisateur en facilitant ce genre de recoupement. Ce que veut dire Tristan c’est pas tant la connaissance de sa personne qui est importante, c’est l’espoir qu’à travers lui, on assiste à l’émergence de ce 5e pouvoir. Et ça je veux y croire, c’est un peu pour ça que je juge si important le fait de maîtriser l’outil informatique, mais d’un autre côté je conçoit très bien que cet outil n’est pas encore assez simple pour ça.

  5. Barb

    Je suis également d’accord avec Jaessa.
    Je lis et j’intègre de l’information pas obligatoirement complète, juste ou complètement orienté.

    Effectivement, après, on peut croiser les informations sur plusieurs sources, à condition d’y mettre pas mal de temps, pour le moindre fait d’actualité… surtout maintenant que les sources se multiplient de plus en plus… donc, grosso-modo, personne ne va le faire (et pour l’instant, la technologie n’apporte pas de solution. J’irais même jusqu’à penser que ca peut faire régresser.) Mais dans l’ensemble, tout le monde cite ce qu’à fait le voisin en ajoutant son petit commentaire personnel, sans vraiment revenir sur la source réel de l’info. Ca donne un ensemble pas trop mature avec une constante impression de déjà vue.

    Le vrai problème dans tout ca, c’est que ce n’est vraiment nouveau. C’est en 1687 que Fontenelle écrivait son histoire de « la dent d’or » (http://www.geocities.com/TelevisionCity/5437/FonDeT.html), et je la trouve toujours bizarrement d’actualité.

    C’est un peu dommage tout ca 🙁

  6. Geobert

    Non, la techno ne peut pas encore nous aider, mais je pense qu’elle le pourra un jour. Certes il peut y avoir des abus, c’est une épée à double tranchant et c’est pour ça que l’open source est si importante. Ca diminue le risque de manipulation, à mon avis.

    Couplons à ça un effet de communauté, de décentralisation de l’information, avec une réseau de confiance, pourquoi on n’y arriverait pas ? Il faut tenter d’aller au delà de ce qu’on connait, parceque ce qu’il y de différent aujourd’hui, c’est cette possibilité d’hyper-connexion. Mais chuis un peu trop naze là pour développer 🙂

  7. Kévin

    Là je ne pense pas que l’open source ai plus de solution à apporter qu’un autre. Ce qui manque c’est les outils pour simplifier le recoupement d’informations, pour, comme tu en parlais dans un autre billet, donner une habitude à l’utilisateur, non pas technique cette fois mais intellectuelle. Car c’est bien de ça qu’il s’agit, un lecteur de journaux n’a pas plus le temps de faire des recoupements qu’un lecteur d’informations sur le net, seulement, l’informatique pourrait proposer un outil qui force le recoupement. Pour couper court tout de suite à toute dérive, l’utilisateur pourrait mettre ses propres sources, histoire de vraiment s’assurer qu’il a accès à la diversité. Mais bien sûr, c’est tout ce que pourra faire la technique, c’est avant tout une affaire intellectuelle.
    De plus, je trouve qu’il est encore plus difficile de se faire une idée sur Internet qu’avec des journaux standards. D’une part à cause de la masse d’informations qui peut parfois donner le tournis et d’autre part par rapport à la qualité de cette info. Quand on voit un site comme Agoravox, qui me semblait être plutôt une bonne initiative, avec les commentaires critiques qui se font presque systématiquement descendre, on se dit que le 5è pouvoir est prêt à se mettre sur la gueule autant que les 4 premiers…

Les commentaires sont fermés.