Le pouvoir du geek

Par défaut

Comme chacun, je constate que l’informatique, Internet et le logiciel prennent une importance croissante dans nos vies, et je sais bien que ça n’est qu’un début. Mais la plupart de gens ne réalisent pas que l’auteur d’un logiciel a une influence importante quoi qu’invisible sur les utilisateurs, via ce qu’ils peuvent faire (ou pas) avec l’outil informatique. C’est pour cette raison que le logiciel Libre est quelque chose d’essentiel pour notre futur.

Voilà le sujet de dissertation que nous a donné Tristan Nitot. J’avoue, autant je suis conscient du rôle des logiciels dans la société actuelle, jamais je n’avais pris la peine de réfléchir à la personne qui les écrit et à l’influence qu’elle pouvait avoir.

L’influence des logiciels

C’est une évidence, le logiciel est omniprésent dans notre société, les ordinateurs personnels en sont plein bien sûr, mais aussi les voitures, les caisses enregistreuses, les distributeurs automatiques de billets, les montres… on ne peut pas passer une journée sans avoir affaire à un appareil qui embarque un logiciel.

Quand on prend en main un logiciel, on commence alors la phase d’assimilation : on apprend comment réaliser les opérations qu’on désire, ça prend un peu d’efforts et de temps, puis ces gestes finissent par nous être naturels, à tel point qu’on est souvent complètement fermé à une nouvelle approche. Regardez comment se comporte un fan de KDE face à un Gnome et inversement ou un Windowsien face à un Linux ou un Mac et réciproquement.

Geek power

Derrière ces logiciels, il ne faut pas oublier qu’il y a une ou plusieurs personnes qui les ont pensés, écrits, testés, débuggés et enfin acheminés jusqu’à nous. Au travers toutes ces étapes, ces gens ont façonné nos esprits à une façon de manipuler un appareil. Selon les choix opérés par ces gens pour accomplir la moindre tâche, on subit fortement, sans s’en rendre compte, leur influence.

En quoi est-ce un pouvoir ? Penchons-nous là-dessus : je n’ai parlé que d’une personne ou d’une équipe. Mais on si on place cette influence sous la perspective d’une multinationale – me connaissant vous allez vous dire que je pense à MS, mais pas seulement, Apple et Google sont aussi de très bons candidats – qui réussisse à imposer sa façon de penser à des millions d’utilisateurs, qui deviendront finalement extrêmement réticents à toute autre approche.

Eh mais attendez, c’est pas déjà le cas ? Quand un utilisateur avancé de Windows débarque sous Linux, beaucoup de critiques fusent face au système des dépôts de paquets : il ne trouve pas comment obtenir ses logiciels, il ne peut pas télécharger son « .exe  » et il est perdu, donc il trouve ça nul. Pourtant le mode d’installation de Windows ou Mac est anachronique, force l’utilisateur à parcourir des dizaines de sites différents pour maintenir son système de logiciels à jour alors que le système de dépôts de la plupart des distributions Linux permet une gestion centralisée des versions des logiciels.

Je pourrais multiplier les exemples mais je pense que c’est parlant : ceux qui pensent les logiciels ont une énorme influence sur la population. Comme le disait Ben Parker : « A grand pouvoir, grandes responsabilités », et une telle responsabilité ne peux pas être confiée à un groupe restreint de personnes.

La communauté du Libre

C’est pour cela que le logiciel Libre est si important dans l’énoncé de Tristan. Le logiciel Libre n’est le bien de personne et celui de tout le monde à la fois. Chaque « domaine » logiciel (musique, vidéo, traitement de texte…) possède un éventail de choix pour répondre au besoin. Autant de choix pour autant de façons différentes de faire les choses et ainsi ne pas être sous l’influence d’une seule façon de faire.

Mieux, si un logiciel prend une direction qui ne plaît pas à un groupe de personnes motivées, il est possible de copier le logiciel, de le nommer autrement et de repartir de cette copie pour aller vers une autre direction (ce qu’on appelle un « fork » dans le jargon), tout ceci étant possible par la nature même du logiciel Libre : librement copiable, librement distribuable et librement modifiable.

Sans aller jusqu’à de telles extrémités, il est possible d’influencer le chemin pris par un logiciel en participant activement à son développement (certes, il faut en avoir les compétences techniques).

Voilà pourquoi il est essentiel que le logiciel Libre fasse son chemin dans les mentalités : pour enrayer un endoctrinement lent mais réel dans l’apprentissage des outils informatiques.

Une réflexion au sujet de « Le pouvoir du geek »

  1. Jaessa

    Oui effectivement. Malheuresement, le logiciel est victime encore de cet endoctrinement et de certaines lacunes pour certains produits plus « médiatisés » (quoi? Comment ça je parle d’openoffice et du bureau?).

    Les logiciels à licence ont encore de beau jour devant eux…et le piratage aussi.

Les commentaires sont fermés.