Surfons sur la vague (3/5)

Par défaut

Voici le troisième billet sur Google Wave et ce que ça apporte.

  1. Genèse
  2. Email et Instant Messaging
  3. Travail collaboratif (vous y êtes)
  4. Extensions
  5. Ouverture

Travail collaboratif

On a  commencé à voir que wave s’appuie beaucoup sur la notion de collaboration pour faire vivre un objet de communication commun. L’autre entité sur le web qui s’appuie sur ce précepte est le wiki. Un wiki est un espace sur lequel différentes personnes peuvent apporter des informations pour compléter la page au fur et à mesure. L’exemple le plus célèbre est wikipédia, l’encyclopédie collaborative et libre.

D’autres documents courants nécessitent aussi l’intervention de plusieurs personnes : les notes de réunion ou encore l’organisation d’un événement quelconque (anniversaire, concert, sortie…). On procède souvent en lançant l’idée, puis chacun dit s’il vient ou pas, il faut tenir les comptes sinon on est obligé de reparcourir toute la discussion pour retrouver qui fait quoi…

Mes amis passent par un wiki que j’ai mis à disposition sur le web ;  du coup la démarche est un peu différente : il y a un mail qui pose l’invitation, avec l’adresse de la page wiki, les gens cliquent sur le lien, puis cliquent sur éditer la page et répondent en écrivant sur la page. On n’est pas notifié du changement de la page, on va la consulter régulièrement, souvent pour rien car aucun changement n’a eu lieu, des fois des gens répondent au mail pour dire qu’ils ont mis à jour la page wiki (notification par mail, encore elle)… Il y a du mieux, on a un endroit où l’état des choses est récapitulé (et c’était mon objectif quand j’ai mis ce wiki à disposition) mais c’est pas top, les gens au début ne savaient pas comment on utilise ce genre d’outil, ça nécessite une syntaxe particulière pour mettre en forme et rien ne nous dit automatiquement qu’un changement a eu lieu (et si je mettais en place une notification mail automatique, on serait spammé de mails).

Au boulot, il y a les notes de réunion : quelqu’un prend les notes, les envoie par mail directement sous forme de mail ou sous forme de document en pièce attachée, les gens commentent le mail ou annote le document, ça devient rapidement le bazar et le responsable des notes est chargé de fusionner le tout pour rendre un document approuvé par tous.

Wave permet aux gens d’éditer le message original pour le compléter. Là encore, si on est connecté au wave, on peut voir les changements en temps réels se faire au fur et à mesure. Si on ne l’est pas, on voit les dernière modifications surlignées en fluo.

Les modifications sont surlignées

Les modifications sont surlignées

Si jamais ça ne suffit pas, la fonction playback permet toujours de voir pas à pas les modifications, ainsi que l’auteur de chacune d’elles.

Il est aussi possible de commenter un bout du document (présenté indenté) et les avoir petit à petit avec le playback, filtrer sur un auteur et exporter le document purgé de toutes ces informations de travail dans un nouveau wave (à destination de ses responsables par exemple).

Ici, les modifications sont tracées et surtout notifiées naturellement dans le client Wave : on ne s’en rend pas forcément compte mais c’est un gain de temps énorme de ne pas aller vérifier si on a des changements.

Un autre exemple de travail collaboratif a été la création d’un album photo commun : Lars et Stéphanie sont partis en vacances ensemble avec leur famille et chacun a pris des photos. Il s’agit désormais de les mettre en commun pour en faire un album souvenir avec les photos de chacun. Le partage, on l’a vu, est très simple : glisser-déposer dans le wave. Mais l’aspect temps réel de Wave s’est révélé au public lorsque tous les gens connectés au même wave avec les photos se sont mis à commenter les photos simultanément, voyant les modifications des uns et des autres sur leur écran. Ils ont fait le même genre d’exercice en commentant une carte google maps pour parler d’un endroit, désigner une partie de la carte avec des traits qui se répercutaient sur l’écran de tous les participants.

La personne à droite désigne une portion de carte et celle de gauche voit les traits en temps réel

La personne à droite désigne une portion de carte et celle de gauche voit les traits en temps réel

Voilà ce que propose aussi Wave, une nouvelle façon de travailler sur des médias variés collaborativement avec d’autres gens. On remarquera que c’est toujours le principe du tableau blanc, sauf que là on peut travailler sur des photos, des cartes et tout autre chose avec beaucoup de simplicité.

La nature des informations à partager n’est limitée que par notre imagination puisque le système est extensible avec divers mécanismes que  je vais développer au prochain épisode 🙂

3 réflexions au sujet de « Surfons sur la vague (3/5) »

  1. J’avoue que là, ça me parle plus et ça commence à me chatouiller. J’aime soumettre des brouillons de travail aux gens (bannière de site, romans, enregistrement sonore) et obtenir des réactions à chaud.

    Donc là, fatalement, je trouve ça cool :p

  2. bon et quid de la sécurité, de la protection de la vie privée, et de tout remettre entre les mains de Google ? avec un Google qui sait absolument tout de nos vies ?

    déjà il faudrait que Google proposent aux entreprises de mettre un serveur Google Wave pour le travail collaboratif interne..

  3. Geobert

    @wizou : un peu de patience, ya une section « Ouverture » qui arrive 😉 en très court : on peut s’installer son propre serveur wave.

Les commentaires sont fermés.