Et si on faisait un Facebook Libre ?

Par défaut

Facebook, vous connaissez. Au moins de nom. Ces derniers jours, le plus célèbre des réseaux sociaux a été la cible de nombreuses critiques concernant les libertés qu’ils se sont accordés vis-à-vis du partage des données privées. J’avais déjà quitté ce réseau une fois et l’envie se refait sentir un peu plus à chaque faux-pas mais voilà, j’y trouve une certaine utilité.

Me voici donc pris au piège d’une entreprise qui n’a aucun respect de ma vie privée ? Eh bien non ! 4 étudiants new yorkais ont monté Diaspora, un projet qui vise à faire une alternative libre à Facebook ; une alternative distribuée (à installer où on veut), et libre. Ce n’est pas la première initiative qui s’essaie à ce délicat exercice qu’est de concurrencer FB, on peut citer Movim ou encore GNU Social mais Diaspora se démarque par la levée de fond qu’ils sont en train de réaliser : ils ont fait un appel aux dons à la communauté.

Il leur fallait 10 000$ pour démarrer leur société, à 2 jours de la fin des dons, ils ont accumulé plus de 190 000$ !

Ça montre qu’il y a une véritable attente d’un réseau social qui ne soit pas contrôlé par une société dirigée par un mégalomane qui ne se soucie pas du bien être de ses utilisateurs. Quelques personnes se méfient de cette demande basée seulement sur des concepts et des promesses. Et pourtant, les gens donnent, certains à hauteur du millier de dollars !

Personnellement, j’aimerais bien voir ce projet aboutir et surtout réussir. On a souvent attaqué Google sur le respect de la vie privée (bon ok, ils viennent de sévèrement merder avec l’affaire des wifi), mais quand je constate que Facebook a fait tellement plus de dégâts en si peu de temps, entre les failles graves à répétition, les options de partage qui ont leurs réglages par défaut toutes vannes ouvertes, alliés au fait qu’ils veulent faire de notre profil FB notre identité numérique, je me dis qu’il est vital d’avoir une concurrence dans ce domaine.

Mais même si le produit sort, ils vont se frotter au problème de la masse critique. Un réseau social, il faut ses amis dessus pour que ce soit utile, et je doute que mes amis soient prêts à faire la bascule, à cause des habitudes qu’ils ont avec FB (encore et toujours la même excuse 🙁 )

Qu’est-ce qui vous convaincrait de quitter Facebook pour une alternative Libre (et donc réapprendre certains gestes) ?

3 réflexions au sujet de « Et si on faisait un Facebook Libre ? »

  1. Perso, facebook j’y suis pour dire que j’y suis!
    Tu ne trouveras rien de bien méchant sur ma vie privée!
    Non, je ne suis pas né le 01/01/1951, c’est juste la date la plus ancienne que j’ai trouvé!

    Diaspora… le nom n’est absolument pas engagent! À voir si ca marchera bien!

    Movim… je testerai c’est sur!

    Affaire à suivre…

  2. diane

    De mon coté c’est tout vu, je suis prête à migrer, et j’ai de grands espoirs en ce projet Diaspora.
    Après, effectivement, toujours ce problème de la masse critique.
    Comment attirer les gens qui se soucient peut être moins de ce qu’on fait de leurs données, qui surtout ont moins de curiosité pour la nouveauté? ceux qui n’auront a priori une bonne raison que lorsque 90% de leurs anciens contacts Facebook auront fait le pas ?
    Une interface léchée, le gadget qui tue, complètement inutile, donc désespérément indispensable ? Question difficile en effet ..

Les commentaires sont fermés.