De la mutation de la communication 2

Par défaut

Les différents moyens de communication ont convergé vers le web, permettant de simplifier l’accès à ces vecteurs au grand public. Cet arrivage massif d’utilisateurs ainsi que l’augmentation du flux de messages a mis en avant certaines limitations dans leur efficacité au quotidien. Du coup, on cherche de nouveaux moyens de communiquer.

Mutation conceptuelle

Le message → la conversation & Privé → Publique

Je ne vais pas développer ces aspects de la mutation conceptuelle de la communication, Fred Cavazza le traite déjà et je n’ai pas grand chose à y apporter.

Pour ceux qui ont la flemme, je vais résumer rapidement l’article de M. Cavazza 🙂

À mes yeux, les webmails étaient lents et n’apportaient que l’avantage d’avoir une boite mail identique quelque soit l’endroit où on la consultait. Mais moi, j’avais bidouillé ma solution maison pour arriver à ce résultat. Comme je suis curieux, j’ai fini par tester Gmail et là ce fut une véritable révélation. Google sentait déjà que l’email tel qu’on le connaît était un outil dépassé qui nécessitait une évolution :

L’idée qui m’a séduit très rapidement dans Gmail, c’est leur système de présentation sous forme de conversation : le mail original et les réponses qui suivent son regroupés de manière à avoir le déroulement de la conversation de haut en bas. C’est l’unification des messages en une conversation dans l’article de Cavazza. Ainsi on ne passe pas son temps à chercher où est la réponse, il n’est même plus nécessaire de « citer » le mail précédent, d’ailleurs Gmail le masque pour alléger la lecture.

Facebook a aussi adopté cette présentation pour sa messagerie et les commentaires sont aussi dans cette philosophie. Sur Facebook, les conversations sont affichées sur le « mur », visibles de son réseau ou de tous : il m’est arrivé de voir des gens discuter sur des choses que j’avais mises en partage alors qu’ils ne connaissaient pas. La conversation devient publique.

Différé → Temps réel

En plus de ces considérations, il y a aussi un autre aspect à considérer. Le mail et autre forum — je mets IRC de côté, il n’a pas percé dans le grand public — sont en mode différé. On envoie chacun son tour son message et souvent du temps s’écoule avant qu’on ait une réponse.

MSN a répandu dans le grand public la messagerie instantanée, où on discute avec son interlocuteur en direct (pardonnez l’absence de mention à ICQ mais c’était avant l’explosion d’Internet :)). C’est la communication temps réel.

Cet aspect temps réel est aussi apparu dans Gmail avec des notifications de nouveaux messages dans la conversation alors qu’on est entrain de rédiger une réponse. Ça permettait de remettre à jour le fil de discussion pour être certain de ne pas poster une réponse obsolète. Twitter et Facebook sont de beaux exemples de temps réel également : les mise à jour apparaissent très vite, les commentaires sont notifiés.

Collaboration

Avec l’explosion de la population d’Internet, la notion de collaboration s’est fortement renforcée et s’est exprimée dans des projets tels que Wikipedia, ou même Facebook (tag des photos de manière collaborative).

Feu Google Wave avait tenté d’ajouter ce concept dans les communications mais la sauce n’a pas pris. Ça reviendra quand les gens seront prêts 🙂

Car la société n’est pas encore prête pour tant de richesse dans les communications. Elle évolue en ce moment même et je pense qu’on est à une époque charnière. Ce sera le 3e volet de cette série d’articles 🙂

2 réflexions au sujet de « De la mutation de la communication 2 »

Les commentaires sont fermés.