Pourquoi je suis anti Apple 1/2

Par défaut

Ceux qui me connaissent un peu le savent : je déteste Apple. Et comme ce blog est là pour ça, je vais prendre du recul et tenter d’expliquer ce sentiment qui peut être parfois très véhément.

Lors de l’âge d’or de l’empire Microsoft, le grand challenger était Apple et de ce fait, cette entreprise avait la sympathie des gens, moi y compris. Leur prix et le fait que les jeux ne soient pas forcément développés pour cette plate-forme faisaient que je ne me suis jamais vu acheter un Mac mais je reconnaissais volontiers que c’était plus simple, moins buggé, plug-n-play, etc…

MacOS X

Puis est arrivé MacOS X, qui a séduit toute une génération de geek, car basé sur BSD, un système Unix, avec ses outils ligne de commande qui plaisent tant aux bidouilleurs. Une interface avec des effets de distorsion des fenêtres pour en mettre plein la vue, le tout dans des machines hyper design. J’ai voulu installer ce système sur ma machine, mais c’était tout d’abord illégal, et puis très compliqué (pire qu’un Linux de l’époque). Me suis même demandé si je n’allais pas casser la tirelire mais la compatibilité des jeux et autres m’avait dissuadé (je n’étais pas Libriste convaincu en ce temps là, donc ce n’est pas l’aspect liberté qui m’aurait retenu). Apple était toujours aussi sympathique et clé de la lutte contre Microsoft qui était vraiment le grand méchant identifié.

iPod

L’arrivée de l’iPod entama la chute d’Apple dans mon estime. Pas tant à cause de l’appareil en lui même mais surtout pour son écosystème. En effet, les musiques achetées sur iTunes ne pouvaient être lues que sur l’iPod. Si vous décidiez de changer de lecteur de musique, tout ce que vous avez acheté était perdu ! Cette limitation a été levée en 2009 mais mettre à jour sa bibliothèque nécessitait de repayer tout ces contenus pourtant déjà acheté précédemment !

Autre limitation très contraignante : l’obligation d’utiliser le logiciel iTunes pour charger sa musique. Alors que la majorité de lecteurs digitaux pouvaient être connectés en mode « clé usb » et permettait de charger sa musique d’un simple copier-coller; Apple ne laissait pas le choix dans la manière de charger son lecteur. Si encore le logiciel était ergonomique et léger, mais c’est une énorme usine à gaz, lente à se mettre en route, lente à synchroniser ses fichiers qui en font un vrai calvaire au quotidien. Sans oublier les gens qui utilisent un système qui ne soit ni MacOS ni Windows : ils ne pouvaient rien faire avant que des bidouilleurs bricolent des logiciels alternatifs, bien mieux pensés et plus véloces.

La prison Apple était construite, il fallait maintenant étendre sa sphère d’influence, ce sera l’objet d’un deuxième article !

 

 

4 réflexions au sujet de « Pourquoi je suis anti Apple 1/2 »

    • Geobert

      Ce n’est pas tant un troll qu’une exposition de mon opinion 🙂 Je ne dis pas « Apple c’est de la merde » (ou alors c’est parce que je suis en colère ;)) mais « Voilà pourquoi je n’aime pas Apple ». Nuance ! ;p

      • Je pourrais disserter des heures sur le sujet : marketing à vomir, utilisateur-pigeon-mouton qui me sortent par les yeux, prix effarant, univers fermé…
        Je me contenterai donc d’un « je plussoie ».

Les commentaires sont fermés.