Fork, l’alternative à GitKraken

Il existe une multitude de clients graphiques pour git, le gestionnaire de version qui domine le monde. J’en ai testé beaucoup mais aucun ne m’avait vraiment convaincu, jusqu’à la découverte de Fork.

Pourquoi une GUI ?

Étant assez mauvais à retenir la foule de commandes disponible et jugeant que la visualisation offerte par gitk plus que spartiate, j’ai toujours utilisé une interface graphique tierces.

Gitk dans toute sa splendeur

SourceTree

J’ai commencé par utiliser SourceTree, surtout parce qu’à l’époque, je bossais sur Mac au boulot. En effet, la version pour Windows a le mérite d’exister, mais ça s’arrête là : elle est systématiquement plusieurs versions en retard et sa mise à jour est très irrégulière.

SmartGit

J’ai vite cherché une alternative pour chez moi, et j’ai adopté SmartGit. Le client est gratuit pour une utilisation personnelle et je l’ai longtemps utilisé, faute de mieux, je dois l’avouer. Son interface n’était pas des plus claire, sûrement dû au fait que ce client est dérivé de SmartSVN et qu’il garde donc des traces de SVN dans la logique graphique.

GitKraken

Puis j’ai découvert par hasard GitKraken, qui avait un succès grandissant parmi les développeurs. Et j’avoue, c’est assez mérité. Le client est très bien fichu, joli et tout semble logique. De plus, il est gratuit pour une utilisation personnelle (il faut donc une licence pour le boulot). Mais… il est basé sur Electron, avec la consommation mémoire qui va avec et les performances qui se dégradent dès que le dépôt est un peu trop gros.

On ne peut pas dire que ce soit moche.

Fork

Un jour alors que GitKraken ramait un peu, j’ai commencé à regarder sur Twitter si des gens conseillaient un autre client. C’est comme ça que j’ai découvert un jeune challenger : Fork.

C’est le coup de cœur. Avec les même dépôts ouverts en même temps, Fork n’a besoin que de 105Mo de RAM là où GitKraken m’en mange plus de 900.

Il possède aussi un thème sombre et même si elle me semble un peu moins jolie, l’interface reste fonctionnelle et les dév derrière le soft sont réactifs. Petite histoire mignonne, les dév sont mariés, lui créant la version Mac et elle s’occupant de la version Windows.

En terme de fonctionnalités, il est un peu en retrait par rapport à GitKraken mais il s’enrichit sans cesse et personnellement, à l’heure où j’écris ces lignes, il ne me manque que le « quick squash multiple commits into parent » qui est sur leur TODO list.

On regrettera juste qu’il ne soit pas Libre et que Linux ne soit pas supporté, mais c’est un freeware qui est utilisable même au boulot ! Du coup, pas d’hésitation !