La configuration du Sofle

Je vous avez bien dit que je vous reparlerai du Sofle ! Mais si, le Sofle ! Le clavier que j’ai soudé, là ! Dans cet article, je vais détailler un peu la configuration que j’utilise maintenant depuis quelques semaines et qui est donc relativement stabilisée.

Couche de base

BÉPO

Le premier défi fut de replacer la disposition bépo en composant avec le nombre de touches disponibles. Je n’ai pas choisi un clavier de l’extrême et avec 58 touches disponibles (l’autre format populaire est à 42 touches…), le bépo entre quasiment en entier : seule 2 touches ont dû être sacrifiées, le % et le $. Ce qui n’est pas un gros problème pour moi ne les utilisant pas des masses de toute façon. On obtient donc cette disposition :

On peut voir que bépo est relativement intact, seuls ç, w et = ont du trouver une nouvelle place.

Les touches noires représentent les potars. Celui de droite fait un backspace quand on le tourne vers la gauche et un suppr quand on le tourne vers la droite. Appuyer dessus lance mon lanceur d’application (Keypirinha), ma chérie ayant opté pour son raccourcis pour mute/unmute de Discord.

Au début, celui de gauche faisant un Alt-Tab ou ’Alt-Shift-Tab’ selon le sens où on le tourne, et Play/Pause quand on le presse. Mais à l’usage, je n’ai pas été convaincu et finalement, j’ai mis aussi ’backspace’ sur la rotation gauche et ’suppr’ sur la rotation droite, ce qui s’est retrouvé très pratique quand la main droite est sur la souris à sélectionner du texte ou un fichier à supprimer.

Mod-Tap

Une autre particularité de cette couche de base se situe sur la touche t. En effet vous pouvez voir qu’il y a un shift entre parenthèses. J’exploite ici une fonctionnalité de QMK : le « Mod-Tap ». La communauté derrière ce firmware est partie du constat que les touches modificatrices (« mods » dans le jargon) ne servent quasiment à rien lorsqu’elles sont juste frappées. Il faut souvent les maintenir pour qu’elles aient un effet. C’est particulièrement vrai pour shift et ctrl. Ainsi, le mod-tap permet de faire faire deux choses à une même touche selon qu’elle soit juste frappée ou maintenue. Ici, si je maintiens t, ça devient un shift. J’ai mis ce mod-tap pour shift n’ayant plus de touche disponible sur ce côté du clavier.

Il faut garder à l’esprit que ce mod-tap a aussi des inconvénients : ça empêche la répétition de la lettre en maintenant la touche enfoncée, mais il peut aussi arriver qu’on enclenche un mod de manière involontaire en restant un poil trop longtemps appuyé alors qu’on voulait juste taper la lettre. Pour contrer ce dernier effet, il y a une ribambelle d’options finement paramétrables afin de s’adapter au style et à la vitesse de frappe de chacun, mais ça nécessite du tatonnement.

Changement de couche

Pour en finir avec cette couche de base, on a les touches pour passer aux couches suivantes. En maintenir une nous fera passer sur la couche visée jusqu’à son relâchement, alors qu’appuyer 2 fois dessus maintiendra la couche visée jusqu’à ce qu’on réappuie 2 fois dessus. Au début, j’avais configuré juste un seul appui pour locker la couche visée, mais trop d’erreur de frappe menant au changement involontaire de couche m’a décidé à opter pour 2 frappes ^^'.

Couche rouge

Bon, normalement, la communauté parle de « lower » et « raise » pour les noms de couche. Mais vu que l’image a des couleurs, j’ai préféré nommer les couches selon leur couleur pour mieux m’y retrouver.

Tout d’abord, c’est ici qu’on retrouve les touches fonctions, à la place de la rangée de chiffres. Ensuite, le rôle de cette couche est double : la navigation, et les raccourcis clavier.

C’est sur cette couche que l’on retrouve les flèches de navigations. Vous allez peut être me dire que ça n’a pas l’air très pratique de devoir changer de couche pour pouvoir bouger le curseur. Remarque pas dénuée de sens, mais c’est sans compter sur le fait que là, les flèches sont sur la position de repos ! Lors de la frappe, le pouce gauche appuie sur le changement de couche et hop, on se retrouve avec les flèches sous les doigts de la main droite. Oui bien sûr, il m’a fallu un temps d’adaptation où je m’arrêtais une seconde avant de bouger le curseur, mais une fois que c’est intégré c’est vraiment redoutable comme positionnement.

Le seul moment où devoir changer de couche pour avoir accès aux flèches me gène, c’est quand je regarde une vidéo et que j’ai besoin de naviguer dedans. Mais pour ces cas là, je lock la couche en place et les flèches sont présentes.

Toujours dans le thème de la navigation, il y a les touches qui permettent de déplacer le curseur mot par mot, que j’ai répliqué sur le potar de droite pour tester (pas convaincu pour l’instant), et juste en dessous des flèches, les touches Home et End.

La navigation ainsi couverte permet aussi la selection rapide de texte. Remarquez les mods présents sur la partie gauche, sur la rangée de repos. On a shift sous l’index par exemple, qui permet de sélectionner du texte juste en utilisant ses doigts les plus forts, au lieu de bouger sa main droite pour accéder aux flèches et à utiliser son auriculaire pour atteindre shift.

Essayer cette configuration, c’est l’adopter !

Raccourcis clavier

L’autre fonction de la couche rouge est de rassembler des raccourcis clavier que j’utilise beaucoup, la plupart étant définis grâce à AutoHotkey :

  • Amener Telegram au premier plan
  • Amener Discord au premier plan
  • Appeler mon clipboard manager (Ditto)
  • Appeler le menu de complétion dans VSCode
  • Appeler mon password manager
  • Changer d’onglet
  • Changer une fenêtre d’écran
  • Undo/Redo
  • Couper/Copier/Coller
  • Supprimer la ligne courante dans VSCode
  • Passer une chanson en favoris dans Spotify

Phew, oui j’en ai des raccourcis ! Je passe rapidement sur le fait que c’est aussi sur cette couche qu’on va retrouver caps lock, print screen, win, mute, next, previous, ainsi que la touche de menu contextuel.

Avec ça, je pense que je n’ai rien oublié !

Couche bleu

Sur cette dernière couche on a ceci :

Je vais vous épargner une description exhaustive ce coup-ci (qui a dit « ouf ! » ? ;-)). Juste souligner que le pavé numérique est ici, à utiliser en verrouillant la couche en place bien sûr. C’est aussi sur cette couche que les 2 touches (% et $) qui ne tenaient pas sur la couche de base ont été relocalisées. Et enfin, la couche bleu me sert comme une sorte de Alt-Gr alternatif, pour accéder à des symboles que j’utilise tout le temps quand je code :).

Couche jeux

Enfin, une quatrième couche qui remplace la couche de base par une autre identique mais sans les Mod-Tap, pour les jeux vidéo où il est fréquent de devoir rester appuyer sur une touche. Elle est activable/désactivable depuis la couche rouge.

OLED

Viens ensuite les écrans OLED du Sofle ! Là encore, la customization est maximale et on peut afficher plein de choses différentes.

La partie principale affiche ceci :

On a la couche qui est active — rouge en haut, bleu en bas, base au centre — et 4 icônes qui nous renseignent sur l’état du caps lock et des 3 autres mods. Oui, il y a Toad tout en haut ! Le clavier ayant des salamandres en logo sur les plaques, j’avais mis un Salamèche à la base, mais n’ayant pas d’affinité avec Pokémon, j’ai finalement opté pour l’univers Mario :D. Ma chérie a plutôt craqué sur un lapinou :

Sur l’écran de la partie secondaire, le clou du spectacle, la pièce maîtresse de ce clavier :

Oui, on a un bongo cat qui tapote son piano quand on atteint une certaine vitesse de frappe ! Anecdote : c’est bel et bien ce gimmick qui a décidé ma chérie à vouloir son exemplaire du Sofle x).

Conclusion

Vous avez pu constater qu’avec un clavier programmable, beaucoup de choses sont possible pour plier votre outil à vos besoins. Par rapport au TypeMatrix, j’apprécie le fait de ne plus avoir à activer le mode 106 touches à chaque démarrage du PC, afin de pouvoir hacker les signaux des touches avec SharpKeys (voir cet ancien article).

La configuration ici présentée va sûrement bouger par petites touches (haha) au fur et à mesure de ma prise en main du clavier et je ferais peut être un petit post de mise à jour si les changements deviennent assez significatifs. Mais vous aurez compris que je suis extrêmement satisfait du système de couches qui me permettent des choses qui étaient impossible avec le TypeMatrix. J’ai vraiment la sensation d’avoir encore gagné en confort d’utilisation.

Cet article sort très tard dans le temps, ça fait presqu’un an depuis celui sur la construction du clavier. Oui, encore une de mes pauses prolongé de blogging

Durant tout ce temps, le Sofle ne m’a pas totalement satisfait au final. C’était mon premier clavier custom et je m’attendais à ce que j’y trouve à y redire. C’est toujours une amélioration vis à vis du TypeMatrix, hein ! Le touché mécanique, c’est vraiment très agréable. Mais de petit détails ça et là m’ont un peu chagriné. Ça fera l’objet d’un autre article un peu plus tard !