Ditto, un gestionnaire de presse-papier

Par défaut

Je ne vais pas parler d’une étagère pour ranger des poids qu’on pose sur un tas de papier, non. Le presse-papier dont je parle, c’est celui de l’ordinateur, la zone mémoire où est stocké votre copier ou couper avant de pouvoir le coller.

C’est super utile, mais il y a un défaut assez barbant : on ne garde que le dernier copier. Or il m’arrive fréquemment d’avoir à réutiliser un autre copier que j’ai fait il y a juste 5 min.

C’est là que Ditto entre en jeu.

La fonction première, c’est d’étendre le nombre de copier gardé en mémoire. Ainsi, coller colle toujours le dernier mis en mémoire, mais il est possible de faire apparaître un menu grâce à un raccourci clavier configurable (Ctrl+’ par défaut) qui permet d’aller chercher un copier précédent. Ce menu apparaît au niveau du curseur souris, ce qui est super pratique ; plein d’autres managers ne le font pas et ouvrent une fenêtre lambda n’importe où (on peut aussi faire apparaître ce menu au niveau du curseur texte ou faire en sorte qu’il réapparaisse à la dernière position).

Rien que ça, c’est un boost en productivité comme vous n’avez pas idée : ne plus avoir à rechercher le truc dont on a besoin pour le copier à nouveau… Développeurs, pensez refactoring avec un IDE pourri, bloggers, pensez à cette URL que vous avez copiée que vous n’avez plus dans le clipboard un déplacement de paragraphe plus tard, alors que vous en avez besoin… ou encore plus fréquent : vouloir coller et faire copier à la place, perdant ainsi celui que vous vouliez coller…

C’est tellement utile que je m’en sers même comme d’un mini backup quand je bosse : je garde des bouts de code que je pourrais avoir besoin de restaurer (lors d’un nettoyage de code) ; ça m’évite de faire un revert, qui pourrait virer d’autres choses que je voudrais en fait garder.

Le menu pop-up près du curseur souris

Dans les autres fonctions offertes :

  • On peut filtrer la liste en tapant un bout du texte qu’on recherche.
  • Les images sont aussi sauvées et rappelables.
  • On peut le mettre en pause (pour éviter de garder un mot de passe par exemple).
  • On peut exclure des applis…

Plein d’options de partout permettent d’affiner le comportement, mais perso, à part changer le thème et le raccourci clavier, je n’ai touché à rien.

Une fonctionnalité dont je ne me sers pas, mais qui semble super puissante : Ditto est capable de se synchroniser entre plusieurs ordinateurs que vous autorisez, les données étant chiffrées sur le réseau (je déconseille en dehors d’un réseau local, tout de même…).

Dans les points négatifs, je ne vois que le fait qu’il ne soit pas multi-plateforme, réservé à Windows. Mais il en existe sur les autres OS : je me souviens de Parcellite quand j’étais sous Linux, par exemple, ou de ClipMenu sur Mac (qui semble malheureusement abandonné), qui offrent ce menu pop-up au niveau du curseur souris. Sinon CopyQ est multi-plateforme et assez bien coté, mais je n’aime pas du tout son ergonomie.

Essayez donc, vous me remercierez plus tard !

Désinstallez FileZilla

Par défaut

Ce client FTP est très populaire, et c’était ma référence en la matière depuis de nombreuses années. Mais au boulot, j’ai dû m’en passer, après avoir tenté de me connecter au FTP d’un partenaire.

Mais récemment, en voulant bidouiller le thème du blog, l’upload de CSS cassait tout. Je pensais avoir fait une coquille, mais non. Je retélécharge le fichier d’origine et l’upload sans modification et là, stupeur : c’est tout pété quand même. Je fouille les réglages de FileZilla, et je me dis après 1h de recherches infructueuses que je vais tester un autre client.

Je me tourne donc vers Alternative.net pour trouver un concurrent et je vois ça :

« Application not safe » que je lis… je creuse rapidement la question et découvre un fork, FileZilla Secure qui annonce la couleur sur son site dans un TL ; DR :

FileZilla does not encrypt your saved FTP passwords and I got hacked. FileZilla Secure will encrypt your saved FTP passwords with a master password.

Traduction rapide :

FileZilla ne chiffre pas vos mots de passe FTP sauvegardés et j’ai été piraté. FileZilla Secure chiffrera vos mots de passe avec un mot de passe maître.

J’ai regardé ce que j’avais sur mon disque, et en effet, le mot de passe est sauvé en base64, un truc qui se décode en 2 secondes. Le soucis avec ça, c’est que si vous chopez un malware qui a pour objectif d’aller lire les fichiers de configuration de FileZilla, qui se trouvent toujours au même endroit, il peut choper vos mots de passe sauvegardés et les envoyer sur le Net.

Ajoutons à ce fait déjà grave que l’installeur de FileZilla tente de vous faire installer un produit sponsorisé même temps (ce qu’on appelle un « bundleware ») je n’ai pas cherché plus loin, j’ai dégagé ce caca puant.

Si vous êtes vraiment trop habitué à l’interface de FileZilla, le fork sécurisé est une bonne idée. Seule une version Windows est disponible actuellement, mais les version Mac et Linux arrivent, a priori.

Personnellement, j’ai opté pour WinSCP (Windows seulement), qui a l’avantage de pouvoir utiliser les sessions Pageant de PuTTY (un truc qui permet de se connecter sans mot de passe).

C’est vraiment triste de voir à quel point ce soft qui était excellent est devenu mauvais avec le temps.

Radis 1.1

Par défaut

Et voici une nouvelle version de Radis !

Les options sont à l’honneur avec l’arrivée de 2 nouvelles options :

  • Le nombre de mois à insérer pour les échéances ;
  • L’action du tap long sur le bouton de l’ajout rapide (le tap simple prenant l’autre action).

De plus, toutes les options concernant les comptes peuvent être supplantées dans chaque compte via le formulaire de compte.

Et bien sûr des corrections de crash, de bugs divers.

Radis 1.0

Par défaut

radis512x512Ça faisait un sacré bout de temps que je n’ai pas donné de nouvelles de Radis mais enfin voici les nouveautés de la version 1.0 :

  • les graphiques !
  • la navigation par panneau latéral
  • le pointage intégré à la liste des opérations (l’écran à part pour ça ne fonctionnait pas à l’usage, je ne l’utilisais plus…)

Cette version 1.0 a rencontré pas mal de rebondissements que je vais rapidement évoquer car très technique ; demandez en commentaire pour creuser si ça vous intéresse 🙂 :

  • test de Scala pour le module des graphiques avec Android : intéressant, langage très agréable mais le runtime explose la limite des fonctions possibles dans un DEX ;
  • réécriture du module en Kotlin, qui est tout aussi agréable que Scala et qui est Android friendly ! Il souffre un peu de sa jeunesse, Kotlin change encore pas mal à chaque version ;
  • conversion à Kotlin lors de correction de bugs ;
  • passage à Gradle ;
  • passage de ACRA vers Crashlytics pour le crash reporting, ainsi que la distribution de beta (ces gars sont fantastiques, un support très sympathique !) ;
  • sortie d’Android 5 et comme j’avais un bug sur la liste d’opérations, réécriture en passant au RecyclerView et petit redesign de l’actionbar pour se aller vers les Toolbar ensuite ;
  • petite phase de test avec un utilisateur qui m’a remonté de précieux bugs ;
  • réécriture des tests automatiques avec Espresso car Robotium déconne plein tube sur Android 5 (et la lib compat 21).

Tout ça fait que pour cette version, j’ai mis 8 mois pour réussir à faire tout ce que je voulais y faire et le stabiliser 😮

Contrairement à ce que pourrait laisser penser le numéro « 1.0 » de cette version, ce n’est pas une version finale, j’ai encore des idées et des choses demandées par des utilisateurs alors le travail continue. Même si une longue pause (sauf pour les bugs) s’annonce pour cause de pas d’accès à mon PC pendant un moment, plus un autre projet qui trotte dans ma tête que je vais commencer, mais c’est une autre histoire 😉

Merci VLC, mais au revoir.

Par défaut

VLC, je l’ai découvert à l’époque où j’étais sous Linux sur mon PC personnel. Super logiciel de lecture multimédia, il sait tous lire : DVD, fichiers vidéos, fichiers audio… il a un equalizer intégré, il accepte des extensions, il est multiplateforme.

La reprise de lecture

Ce qui fait que lorsque je suis retourné à Windows (jeux vidéo + flemme de dual booter) j’ai conservé VLC. Mais ça fait quelque mois qu’il m’enquiquine sur des aspects mineurs mais tout de même assez ballot. Le premier qui me parait pourtant super basique : la reprise d’une vidéo à l’endroit où on l’a laissée. Cette fonctionnalité existe bien mais est incroyablement complexe à mettre en œuvre :

  1. Faire pause.
  2. Ctrl-B pour ouvrir l’interface de bookmarks.
  3. Cliquer sur créer.
  4. Fermer l’interface de bookmarks.
  5. Ctrl-Y pour sauvegarder une playlist (le bookmark sera dedans).
  6. Pour reprendre au bookmark, ouvrir cette playlist (et non pas la vidéo).

Euh, c’est moi où il y a un truc qui a été pensé un soir de beuverie là ? À jeun, je dirais plutôt que l’utilisateur devrait faire… rien en fait, il ferme le programme, il réouvre la vidéo plus tard et hop, ça reprends là où il l’a laissé.

Je ne sais pas du tout ce qui s’est passé dans la tête des développeurs de VLC mais du coup, la communauté à fait des extensions et autre plugins pour palier à ce manque flagrant d’ergonomie. Manque de bol, aucun ne fonctionne sur VLC 2.1.4.

Les sous-titre

Le second concerne les sous-titres. Je les cherchais à la main sur le célèbre opensubtitles.org puis voulant automatisé tout ça, j’ai cherché une extension VLC pour ça. Chouette, il en existe au moins 2 et je les test. Bon, la première — VLSub — annonce direct qu’il faut oublier pour VLC 2.1, on oublie donc. La seconde, Subtitles finder, fonctionne mieux, mais l’expérience est loin d’être fluide :

erreur_subtitle_vlcCet écran est systématique, alors que le téléchargement se passe parfaitement bien. Mais il nous dit peut être que le fichier sous-titre n’a pas pu être chargé automatiquement car il faut en effet que j’aille charger le fichier à la main pour qu’il soit pris en compte.

L’alternative

Du coup, à un moment où le ras le bol l’a emporté sur la feignantise, j’ai cherché et je suis tombé sur Media Player Classic Home Cinema (MPC-HC). Et là, bonheur. Il est open-source, en cochant une case on active la reprise de lecture (DVD compris), les sous-titres se téléchargent et s’activent automatiquement. Sans rien bidouiller.

mpchd

Dans les défauts, il faut sauvegarder les sous-titre à la main si on veut éviter de les rechercher a la lecture suivante, pas de système d’extension et disponible uniquement pour Windows.

En tout cas, j’en suis super content, VLC est super et rends beaucoup de services, mais il lui manque une couche de finition pour être parfait.