Vérifier avant de partager, rapidement

Par défaut

On le voit, notre monde est inondé d’information. Bien plus que ce qu’un humain peut ingérer et analyser sereinement. L’élection de Trump a (enfin) soulevé le soucis des informations erronées ou déformées qui se sont répandues sur les réseaux sociaux. Vu la quantité d’informations à la seconde, et que la pression sociétale pousse à aller toujours plus vite, les gens ne prennent plus le temps d’analyser ce qu’ils lisent et il suffit qu’une info touche une corde sensible pour que la personne clique sur « partager » sans se poser la question de la véracité de l’info en question.

On avait déjà Hoaxbuster qui fait un travail d’analyse d’information gargantuesque mais on peut ajouter une nouvelle arme dans la lutte contre les info « de merde » : Le Décodex.

C’est une initiative des Décodeurs, une équipe au sein du journal Le Monde, qui se consacre à… décoder l’information, pour délier le vrai du faux du presque vrai. Qui prends le temps de prendre du recul, sur l’actualité (là où Hoaxbuster se concentre sur des canulars précis).

Ça se compose d’un site — http://www.lemonde.fr/verification/ — qui comporte un moteur de recherche pour vérifier qu’un site ne soit pas un site de merde.

Mais la vraie force vient de l’extension pour Firefox et Chrome qui va vous dire si le site que vous êtes en train de lire ne vous raconte pas juste des blagues (info pastiche, certains se font avoir par le legorafi par ex…), ou n’est pas carrément en train de foutre du caca dans votre cerveau (genre les sites qui font genre on informe sur l’IVG mais sont totalement anti-IVG ou les sites conspirationnistes).

Si jamais le site n’est pas connu dans l’annuaire, vous pouvez le soumettre à l’équipe en 2 cliques qui ira vérifier et le classera dans leur annuaire.

Alors faites vous une fleur, installez ça, et arrêter de copier coller de la merde, vous rendrez le monde meilleur. Rien que ça.

Cliquez là pour Firefox.

Cliquez là pour Chrome.

Sérieusement, faites le, genre là.

#IE6syndrom

Par défaut

Ça fait un moment que j’essaie de faire du bruit autour de moi sur le navigateur Chrome, non pas pour en faire la publicité, mais au contraire, pour dénoncer le danger qu’on encourt avec. Et comme Firefox à 10 ans, c’est peut être l’occasion de le faire ce billet 🙂

Un petit rappel sur l’age sombre d’Internet

Retour en arrière, il y a 10 ans, Microsoft avait gagné la première guerre d’Internet en abusant de sa position dominante dans le parc informatique mondial et Internet Explorer était utilisé par 95% de la planète connectée. Du coup, les gens qui faisaient les sites web se concentraient sur ce navigateur, on parlait de site « optimisé pour IE6 ». On aurait du dire « limité à IE6 » car étant en situation de monopole, Microsoft cessa le développement d’IE6, laissant le web stagner pendant 3 ans. Oui, trois ans. Et on sait qu’à l’échelle de la technologie, 3 ans, c’est énorme. Trois ans pendant lesquels Microsoft est allé jusqu’à démanteler l’équipe chargée du développement du navigateur.

Période des lumières grâce au panda roux

firefox_logo-only_RGBArriva Mozilla Firefox 1.0 qui modifia le visage du web petit à petit pour enfin relancer l’innovation sur Internet, poussant Microsoft à reprendre le développement d’IE. Permettant à des services comme Twitter, Facebook, Dropbox et j’en passe de voir le jour (ce n’est pas avec les fonctionnalités offertes par IE6 qu’on aurait pu le faire).

Puis Google se lança dans la guerre des navigateurs aussi avec Chrome. Ce qui est bien, avoir des concurrents stimule l’innovation. Et ce fut le cas pendant quelques années, mais depuis 1 an ou 2, Google commence à délirer. Leur credo qui était « Do no evil » ( « ne rien faire de mal ») sonne de plus en plus faux sur plein d’aspects (coopération avec la NSA sur l’espionnage d’une nation entière, voir tout ce que Snowden a pu dénoncer) mais je vais m’arrêter sur ce qu’ils sont entrain de faire au web.

Age sombre 2.0

Au fur et à mesure que Chrome prenait des parts de marché, on a vu une dégradation claire et nette de la part de Google dans sa volonté de respecter les standards du Web (ce qui vous permet de voir un site que ce soit avec Chrome, Firefox, Opera ou Safari). Ça a commencé avec des expérimentation de jeux avec le Chrome sur Android comme manette, communiquant avec le Chrome sur le desktop. C’est des expérimentation, si ça mène à un standard officiel ensuite, tout va bien. Mais je me suis aperçu que Google Photo, qui permettait de faire des manipulations d’images (recadrer, mettre des stickers…) depuis Firefox ne fonctionne plus depuis plus d’un an, un superbe bandeau venant nous inciter à installer Chrome.

On continue avec Hangout dont j’ai déjà parlé et qui fonctionne donc uniquement en tant que plugin pour Chrome.

Dernier exemple en date : Inbox by Gmail. Une superbe page nous disant que c’est pour Chrome only (d’autres navigateurs arrivant « bientôt ») là encore, avec un lien pour installer Chrome.

Vous le voyez le danger ou pas ? Aller, je vous aide : Google abuse de sa position dominante sur le web pour imposer son navigateur. J’ai déjà croisé des sites qui se proclament « Optimisé pour Chrome », ça vous rappelle un truc ?

Que faire pour éviter au web de re-sombrer dans une léthargie pendant l’équivalent d’une Ère glacière à l’échelle du net ? Utilisez Mozilla Firefox. Il possède une différence capitale par rapport à tout autre navigateur : il ne cherche pas le profit. Et ça change TOUT.