Arrêter de se faire traquer

Par défaut

Je vais parler ici de vie privée. Voilà, resterons que ceux qui s’en soucient vraiment, les autres n’ayant soit disant « rien à cacher ».

Ce n’est plus un secret, Facebook, Twitter, Google, Amazon et j’en passe veulent tout savoir de vous, afin de vous gaver de publicité ciblée. Ils le font bien sûr grâce aux données qu’on leur fourni de notre plein grès (fous que nous somme), mais également à l’insu de notre plein grès. Je parles de ces moments où vous n’êtes pas sur leur site, ces moments où vous êtes même déconnecté de votre compte, et même vous qui n’avez pas de compte chez eux.

Vous voyez ces boutons de partages partout sur le web (j’ai viré ceux que j’avais installés, moi), et bien les afficher suffit pour que FB et consorts sachent que vous avez été là (oui oui, même ces pages inavouables, toujours rien à cacher, vraiment ?). Si vous êtes déconnecté du compte, les cookies qui traînent vous auront déjà trahis et ils savent que c’est vous. Si vous n’avez pas de compte, les autres informations (résolution d’écran, version de votre OS, version de votre navigateur etc…) leur permettent de vous identifier de manière quasiment personnelle.

Comment s’en prémunir ?

 

Il existe toute une ribambelle d’outils pour bloquer les traqueurs, et Privacy Badger est celui que je vais vous présenter aujourd’hui.

Cette extension pour Firefox et Chrome est proposée par l’EFF (Electronic Frontier Foundation), organisation à but non lucratif dont la mission est de protéger les libertés individuelles sur Internet. Une fois installée, elle va analyser les données téléchargées par le navigateur et faire des recoupements pour petit à petit comprendre quels sont les sites qui laissent des traqueurs sur votre navigateur pour vous suivre et ainsi les bloquer. Du coup, ne vous étonnez pas qu’au début, rien de soit bloqué, il faut lui laisser le temps de comprendre quels sont les coupables à bloquer.

En complément de uBlock origin (un bloqueur de pub bien plus efficace que AdBlock [Plus]), beaucoup de nuisances nous sont épargnées.

Vérifier avant de partager, rapidement

Par défaut

On le voit, notre monde est inondé d’information. Bien plus que ce qu’un humain peut ingérer et analyser sereinement. L’élection de Trump a (enfin) soulevé le soucis des informations erronées ou déformées qui se sont répandues sur les réseaux sociaux. Vu la quantité d’informations à la seconde, et que la pression sociétale pousse à aller toujours plus vite, les gens ne prennent plus le temps d’analyser ce qu’ils lisent et il suffit qu’une info touche une corde sensible pour que la personne clique sur « partager » sans se poser la question de la véracité de l’info en question.

On avait déjà Hoaxbuster qui fait un travail d’analyse d’information gargantuesque mais on peut ajouter une nouvelle arme dans la lutte contre les info « de merde » : Le Décodex.

C’est une initiative des Décodeurs, une équipe au sein du journal Le Monde, qui se consacre à… décoder l’information, pour délier le vrai du faux du presque vrai. Qui prends le temps de prendre du recul, sur l’actualité (là où Hoaxbuster se concentre sur des canulars précis).

Ça se compose d’un site — http://www.lemonde.fr/verification/ — qui comporte un moteur de recherche pour vérifier qu’un site ne soit pas un site de merde.

Mais la vraie force vient de l’extension pour Firefox et Chrome qui va vous dire si le site que vous êtes en train de lire ne vous raconte pas juste des blagues (info pastiche, certains se font avoir par le legorafi par ex…), ou n’est pas carrément en train de foutre du caca dans votre cerveau (genre les sites qui font genre on informe sur l’IVG mais sont totalement anti-IVG ou les sites conspirationnistes).

Si jamais le site n’est pas connu dans l’annuaire, vous pouvez le soumettre à l’équipe en 2 cliques qui ira vérifier et le classera dans leur annuaire.

Alors faites vous une fleur, installez ça, et arrêter de copier coller de la merde, vous rendrez le monde meilleur. Rien que ça.

Cliquez là pour Firefox.

Cliquez là pour Chrome.

Sérieusement, faites le, genre là.

Aider à améliorer Firefox : un sentiment d’accomplissement

Par défaut

Première implication et longue pause

Je suis un utilisateur de Firefox de longue date. Je crois que j’ai commencé avec la version 0.8, alors que le navigateur s’appelait encore Firebird. Dans le monde du Logiciel Libre, on peut aider un projet de différentes façons : lorsque la version 1.0 arriva, et jeune fougueux que j’étais, je parti évangéliser mon entourage. Ah la la, mes premiers contacts contre le « mur de l’habitude » qui fait que tant de choses totalement absurdes restent (azerty pour n’en citer qu’un).

Mais je m’égare. Après cette période d’évangélisation, Firefox a commencé à progresser naturellement. Son évangélisation n’étant plus nécessaire, j’ai fini par arrêter de le conseiller à tout va. Malgré l’arrivée de Chrome et sa forte progression au détriment de Firefox, je n’ai pas repris l’évangélisation, me contentant de l’utiliser, même s’il se faisait distancer en termes de performances : Mozilla avec son caractère à but non lucratif et son engagement à protéger Internet et ses utilisateurs compensait largement l’écart technique à mes yeux.

Les différentes versions de Firefox

Éternel curieux, je n’utilise pas la version stable mais toujours une des versions tests, que ce soit beta, aurora ou nightly. Je sens qu’il y a le besoin d’une courte parenthèse ici :

  • beta est la version de test juste avant qu’elle ne passe en version pubique, les seuls changements admis sont des corrections de bug majeurs non détecté avant ;
  • aurora est la version dite « pour développeur », qui contient des nouveautés qui seront sûrement validées pour la version publique, elle offre une version un minimum testée à ceux qui veulent anticiper les nouveautés à venir pour leur site, application web ou extensions ;
  • nightly est une version construite chaque nuit qui prends le code dans l’état où il est et qui n’a été que très peu testée : il existe donc des risques de tout casser d’un jour sur l’autre.

La plupart du temps, j’utilisais Aurora, pour avoir les nouveautés le plus vite possible tout en gardant un minimum de stabilité. Mais depuis Janvier, j’ai basculé sur le canal Nightly suite à une campagne de « revalorisation » de cette version par Mozilla.

Cette initiative, menée par le Français Pascal Chevrel, vise à rendre ce canal moins casse-gueule et mieux outillé afin d’attirer plus de monde dessus. Pourquoi faire ? C’est expliqué dans le billet, mais en gros, toutes les 6 à 8 semaines, chaque version glisse d’un cran pour sortir un nouveau Firefox stable. Or, si un bug s’échappe de Nightly et detecté seulement au niveau de la beta, il aura pu être introduit il y a 12 à 18 semaines ! Ceci rends l’analyse difficile, le développeur ayant causé le bug n’ayant plus « la tête dedans ».

Réimplication

Je suis développeur, et pendant toutes ces années, je n’avais jamais pris la peine de rapporter directement un bug, me contentant d’en parler sur un forum communautaire non officiel avec des gens très actifs dessus en espérant que l’un d’eux face le bug report à ma place… oui c’est pas jojo, mais que voulez vous, quand on a la flemme, on a la flemme :p

Peu de temps après être passé sur Nightly j’ai ouvert mes premiers bug reports sur le bugzilla de Mozilla (haha).

Contrairement à ce que je pensais, j’ai eu rapidement des retours sur mes bugs, demandant des précisions, des logs etc… Pour l’instant, la plus utile de mes remontées concerne un soucis d’affichage de la console web de ma banque (invisible), mais qui s’est remise à fonctionner du jour au lendemain.

À l’heure où j’écris ces lignes, je leur ai donné les 2 versions qui se comportent différemment pour qu’ils trouvent le changement responsable de la réparation inopinée afin de l’inclure dans Aurora et ainsi éviter qu’on ait une version de Firefox qui ne puisse pas afficher la console d’une très grande banque ^^’

Avoir la sensation que notre rapport de bug serve à quelque chose, de voir que des gens sont présents et concernés par notre problème et le fait de se dire qu’on a évité qu’un bug se retrouve sur la version grand publique sur un produit aussi gros que Firefox, ça a quelque chose de très satisfaisant !

Et vous ?

Je m’adresse là aux plus techniciens d’entre vous — car il ne faut pas se leurrer, un minimum de background technique est nécessaire pour être efficace — pourquoi ne pas tenter l’aventure ? Plus on est nombreux, plus stable sera Nightly et meilleur sera Firefox. De plus, avec le projet Quantum qui arrive, utiliser Nightly permettra de tester ces nouveaux composants écrits en Rust entre 18 et 24 semaines à l’avance !

Et si vraiment la Nightly vous fait peur, vous pouvez toujours opter pour Aurora ou Beta mais surtout : rapportez les anomalies sur le bugzilla ! Vous verrez, ça en vaut le coup de la peine ! (oui j’invente des expressions, et alors ?)