Une voie pour la réussite de Wave ?

Par défaut

Un appel aux développeurs a été fait via le blog de Google Wave. Un site de débats sur Internet aimerait voir la création d’un forum basé sur Wave. Et c’est peut être le meilleur moyen pour Wave de prendre de l’ampleur et d’atteindre le grand public.

En effet, Google Wave est ultra riche, beaucoup trop riche pour que les masses puissent l’adopter rapidement. Mais si on les amène à l’utiliser sans s’en rendre compte, en le déguisant en quelque chose de familier — un forum — et en limitant certaines des fonctionnalités de Wave pour protéger l’utilisateur de la noyade, on pourrait augmenter le nombre d’utilisateurs du protocole.

Si ce forum se répand bien, on aura d’un côté des gens qui utiliseront le forum de manière naïve — sans aucune différence par rapport à aujourd’hui —, et les utilisateurs avancés qui utiliseront leur compte Wave pour se connecter au forum, ce qui va leur permettre de centraliser le suivi de leurs interventions dans leur interface Wave.

Wave étant une agrégation d’outils qui existent déjà, pourquoi ne pas refaire ces outils en s’appuyant sur le protocole Wave et n’exposer qu’une partie de la puissance de l’outil. Certes, il reste beaucoup de soucis techniques pour que ça marche : les comptes créés sur un tel forum seront des comptes du forum ou de Google Wave ? Si ce sont des comptes du forum, le forum devra être un serveur Wave à part entière et entrer dans la fédération Wave, comment lier un tel compte avec un compte Wave existant ? Ce genre de problématique qui peut très vite se transformer en cauchemar doit être résolue avant de pouvoir espérer faire ce genre d’outil. Mais c’est sûrement le meilleur moyen pour Wave d’atteindre le succès qu’il mérite.

La deuxième vague de Google Wave

Par défaut

Le même jour que l’annonce de WebM, Google a fait un point sur Google Wave. Ce produit qui avait fait tellement de bruit à l’époque et qui a tellement déçu par manque de maturité. Un an plus tard, Wave est devenu ouvert à tous, sans avoir à mendier pour une invitation. Le fait que la chasse aux invitations soit passée de mode doit y être pour quelque chose.

Sinon, ils ont amélioré la vitesse, la stabilité, les choses que peuvent faire les robots… Ça c’est pour le moteur sous le capot. L’utilisateur de son côté profite d’une meilleure présentation des extensions, une meilleure ergonomie dans la saisie des messages :

Il y a une ligne grise pour dire comment répondre

Certains raccourcis clavier sont indiqués

Et c’est tout ce que j’ai remarqué pour le moment… Ça fait peu je trouve, après un an de développement :-/

En gros, je pense que le système manque toujours d’un je ne sais quoi qui en ferait un succès. Le tout est extrêmement séduisant et a tout pour remplacer le mail un jour, mais je sens que ça va être très très long…

Quelques impressions sur Google Buzz

Par défaut

9 Février 2010, Google buzz fait sa sortie : c’est un nouveau service qui permet de poster des status messages, de partager des liens, des images, des vidéos, d’avoir des commentaires dessus… bref c’est un outil à la Facebook.

Positionnement

Beaucoup le mettent face à Twitter et Facebook, moi je pense que c’est juste un concurrent du dernier. Sur Twitter on n’a pas cette organisation avec des commentaires, on ne peut pas visionner les photos, on est limité à 140 caractères etc…

Si on ajoute en plus l’absence de connexion entre Buzz et Facebook, on peut raisonnablement penser que c’est bel et bien une alternative à Facebook. Ce n’est pas étonnant quand on voit que Facebook prend position face à Google en annonçant une refonte de leur messagerie pour en faire un vrai e-mail ainsi que l’ouverture de leur chat sur le réseau Jabber (comme Gtalk).

Certains le voient aussi comme une réponse au bide Google Wave. Personnellement  je pense que la manœuvre est plus subtile que ça. Si on le considère en tant que challenger de Facebook, il va lui manquer toute la constellation d’applications tierces (jeux et autres) qui fait de Facebook un écosystème très riche en activités chronophages et qui fait parti de son succès.

Alors quoi ? Pourquoi sortir un truc qui n’a pas l’air d’avoir tous les atouts pour détrôner Facebook ? Et bien pour Google Wave justement. Google Wave a fait beaucoup de bruit à son annonce puis est tombé dans l’oubli. Google Buzz est vu comme un Google Wave allégé. Je pense plutôt à un marche-pied vers Wave : ils vont ajouter des fonctionnalités « à la Wave » pour éduquer les utilisateurs, leur apprendre petit à petit comment manier cette nouvelle façon de communiquer qu’est Wave.

Google Wave étant un nouveau protocole, son implantation va prendre du temps. Le buzz original autour de Wave voulait rassembler un maximum de gens de tous horizons pour pousser le produit petit à petit jusqu’au remplacement effectif du mail (je ne sais pas s’ils vont réussir).

Impressions

Pour buzz, je commence à le voir à l’œuvre et pour le moment je me demande vraiment si ça va percer. Il y a quelques détails qui font brouillon :

  • comme le fait de retrouver les liens partagés de Google Reader dans Buzz ET Google Reader,
  • ne pas pouvoir mettre de tag aux buzz alors que Buzz est intégré dans Gmail qui les a,
  • le fait de devoir aller sur un autre dossier Gmail pour voir les buzz ce qui empêche de garder l’inbox en vue,
  • le fait d’avoir les buzz dans l’inbox (j’ai fait un filtre pour skipper l’inbox…)

En fait l’intégration dans Gmail n’était peut-être pas la meilleure idée qui soit, une connexion à Google Contact aurait amplement suffit. Le fait qu’on ait du coup un système de cascade de contact (le contact d’un de vos contact peut vous « suivre », désactivable) le confirme : on n’a pas le même rapport avec les gens qui sont dans nos mails et les gens de réseaux comme Facebook ou Twitter. Le mail est nettement plus personnel. Et je ne sais pas si les gens sont prêts à voir un parfait inconnu devenir un « suiveur » de leurs buzz.

Si l’objectif est de combattre Facebook, je pense que Google va encore se vautrer dans le domaine du web social mais il a été annoncé que Buzz n’était que le début. Le futur nous dira s’ils ont vraiment d’autres cartouches en réserve.