Quelques impressions sur Google Buzz

Par défaut

9 Février 2010, Google buzz fait sa sortie : c’est un nouveau service qui permet de poster des status messages, de partager des liens, des images, des vidéos, d’avoir des commentaires dessus… bref c’est un outil à la Facebook.

Positionnement

Beaucoup le mettent face à Twitter et Facebook, moi je pense que c’est juste un concurrent du dernier. Sur Twitter on n’a pas cette organisation avec des commentaires, on ne peut pas visionner les photos, on est limité à 140 caractères etc…

Si on ajoute en plus l’absence de connexion entre Buzz et Facebook, on peut raisonnablement penser que c’est bel et bien une alternative à Facebook. Ce n’est pas étonnant quand on voit que Facebook prend position face à Google en annonçant une refonte de leur messagerie pour en faire un vrai e-mail ainsi que l’ouverture de leur chat sur le réseau Jabber (comme Gtalk).

Certains le voient aussi comme une réponse au bide Google Wave. Personnellement  je pense que la manœuvre est plus subtile que ça. Si on le considère en tant que challenger de Facebook, il va lui manquer toute la constellation d’applications tierces (jeux et autres) qui fait de Facebook un écosystème très riche en activités chronophages et qui fait parti de son succès.

Alors quoi ? Pourquoi sortir un truc qui n’a pas l’air d’avoir tous les atouts pour détrôner Facebook ? Et bien pour Google Wave justement. Google Wave a fait beaucoup de bruit à son annonce puis est tombé dans l’oubli. Google Buzz est vu comme un Google Wave allégé. Je pense plutôt à un marche-pied vers Wave : ils vont ajouter des fonctionnalités « à la Wave » pour éduquer les utilisateurs, leur apprendre petit à petit comment manier cette nouvelle façon de communiquer qu’est Wave.

Google Wave étant un nouveau protocole, son implantation va prendre du temps. Le buzz original autour de Wave voulait rassembler un maximum de gens de tous horizons pour pousser le produit petit à petit jusqu’au remplacement effectif du mail (je ne sais pas s’ils vont réussir).

Impressions

Pour buzz, je commence à le voir à l’œuvre et pour le moment je me demande vraiment si ça va percer. Il y a quelques détails qui font brouillon :

  • comme le fait de retrouver les liens partagés de Google Reader dans Buzz ET Google Reader,
  • ne pas pouvoir mettre de tag aux buzz alors que Buzz est intégré dans Gmail qui les a,
  • le fait de devoir aller sur un autre dossier Gmail pour voir les buzz ce qui empêche de garder l’inbox en vue,
  • le fait d’avoir les buzz dans l’inbox (j’ai fait un filtre pour skipper l’inbox…)

En fait l’intégration dans Gmail n’était peut-être pas la meilleure idée qui soit, une connexion à Google Contact aurait amplement suffit. Le fait qu’on ait du coup un système de cascade de contact (le contact d’un de vos contact peut vous « suivre », désactivable) le confirme : on n’a pas le même rapport avec les gens qui sont dans nos mails et les gens de réseaux comme Facebook ou Twitter. Le mail est nettement plus personnel. Et je ne sais pas si les gens sont prêts à voir un parfait inconnu devenir un « suiveur » de leurs buzz.

Si l’objectif est de combattre Facebook, je pense que Google va encore se vautrer dans le domaine du web social mais il a été annoncé que Buzz n’était que le début. Le futur nous dira s’ils ont vraiment d’autres cartouches en réserve.

Réfléchissez avant de poster !

Par défaut

Depuis l’annonce du projet Raindrop par la Mozilla foundation, on voit ici et là des articles qui rapprochent Raindrop de Google Wave à coup de titres tapageurs tels que « un concurrent à Google Wave », « aux faux-airs de Google Wave », « Thunderbird’s answer to Google Wave » ou « Mozilla aussi veut son Google Wave »… et j’en passe. C’est sûr qu’associer Mozilla et Google Wave ça peut apporter de l’audimat. Mais évitez de faire des articles moisis non réfléchis !

Non, Raindrop n’est pas un clone de Google Wave ou un concurrent direct. Google Wave cherche à centraliser non seulement divers services (IM, mail, wiki etc…) en un seul, mais surtout il joue la carte de la collaboration à outrance sous la bannière du temps réel.

Raindrop dans son concept actuel (car ce n’est qu’un concept à l’heure actuelle, le produit est loin d’être facilement accessible) cherche à centraliser plusieurs sources de communication en un seul endroit mais ce n’est que le premier objectif. Ce que cherche à faire Raindrop avant tout c’est de nous aider à nous y retrouver dans la jungle des messages qu’on reçoit chaque jour.

Avant il n’y avait que les emails. Ensuite, vint IRC pour parler en temps réel dans des forum, puis ICQ pour l’instant messaging, puis sont arrivés les forums (phpBB, punBB etc…), les blogs avec leurs commentaires, les réseaux sociaux avec MySpace puis Facebook, le micro-blogging avec Twitter et Identi.ca. La majorité de ces services peuvent envoyer des notifications de nouveaux messages par email, on a les spams, les chaines de mail… bref notre environnement de communication est un véritable pot pourri où on passe notre temps à trier, lire les titres pour voir si on traite le message tout de suite ou si on le garde pour plus tard.

C’est là que Raindrop veut intervenir : faire du tri dans le flux continuel de messages qui arrivent pour faire ressortir les messages qui nous importent.

On est bien loin de Wave où la coopération dans l’édition d’un objet commun est prépondérante, ici on parle d’agrégation intelligente pour nous permettre de se concentrer sur l’essentiel. Alors, arrêtez de dire n’importe quoi pour le plaisir de mettre Mozilla et Google en compétition.

Wave : premières impressions

Par défaut

Je l’attendais depuis le 30 Septembre dernier, j’ai fini par avoir ce sésame pour enfin toucher à Wave ! Voilà deux jours que je peux essayer ce logiciel qui veut détrôner l’e-mail. Allons-y sans détour : c’est loin d’être prêt. En vrac, je liste ce qui ne m’a pas plu :

  • Le manque de raccourci clavier (je n’ai trouvé que Ctrl-Entrée mais ça crée un sous-message)
  • L’impression de manque de fluidité dans l’ergonomie
  • Les robots ne marchent pas vraiment (j’ai essayé emotibot pour mettre des smileys)
  • Le manque de fonctions simples comme la possibilité de mettre une étoile à un wave : devoir passer par un robot pour ces deux fonctionnalités me paraît dommage
  • La mise à jour de la liste de contact n’est pas automatique
  • Je pense que c’est un bug mais je n’avais pas de pastille indiquant qui est connecté
  • Pas de passerelle entre les email et les wave (en cours) et surtout avec Gmail en particulier (rien vu sur le sujet)
  • Le fait que ce soit un système de communication totalement nouveau et accessible sur invitation fait que le premier jour, je me suis retrouvé sans personne avec qui échanger de message. Je n’ai pu tester que le 2e jour
  • On ne peut pas supprimer un participant d’un wave et on ne comprend pas bien pourquoi
  • Le fait de voir les autres taper en live est finalement déstabilisant, on lit au lieu de se concentrer sur ce qu’on a à dire.

Finalement, tout ça m’a fait l’effet d’un pétard mouillé. L’ensemble est très complet, on peut faire beaucoup de choses avec mais le manque d’ergonomie de l’ensemble contraste terriblement avec gmail (c’est mon impression).

Google a encore vraiment beaucoup de travail pour rendre le tout accessible de manière intuitive : rien n’a vraiment bougé depuis l’annonce initiale, le travail ayant porté sur le moteur je suppose.

Mais ne soyons pas rabat-joie, il est bien marqué que c’est une preview (même pas une bêta donc) et je perçois quand même un potentiel en tant que remplaçant de l’email, mais il va falloir convaincre, avoir plein d’extensions qui font le lien avec l’existant : si les gens ne retrouvent pas leurs repères, le produit sera voué à l’échec.

Et Google tua Internet Explorer

Par défaut

Google a sorti un plugin pour Internet Explorer. En soi, c’est pas si exceptionnel, il existe bien la google toolbar pour IE. Ce qui est remarquable, c’est la fonction de ce nouveau plugin : mettre Google Chrome dans IE.

En effet, Google prépare l’arrivée de Google Wave qui utilise massivement les standards du web et plus particulièrement HTML5. Du coup, seuls les navigateurs modernes sont capables d’utiliser cette application (Firefox, Safari, Chrome…) mais pas Internet Explorer. Malheureusement, il est toujours installé par défaut dans toutes les versions de Windows en circulation.

Google devait donc agir pour pouvoir séduire un maximum de personnes vers Wave. Les gens utilisant IE se verront proposer l’installation du plugin avec des liens vers le téléchargement d’autres navigateurs. Oui, les webmasters peuvent provoquer cette proposition sur leur site via une balise spéciale ce qui va contribuer à l’extermination d’IE6, et pourquoi pas d’IE en général.

Notons que Mozilla avait déjà fait ça en 2005 mais le moteur de rendu cassait tous les sites web « optimisés » pour IE. Là, Google refait le même coup avec un moteur véloce et dans un écosystème web nettement plus apte à recevoir ce genre d’alternative. Comme dirait Tristan : meurs IE6, meurs !