Cool Cavemen

Par défaut

Ce groupe, je l’ai découvert parce qu’ils ont décidé de diffuser leur musique librement sur Jamendo, qui est une espèce de Deezer pour musique librement partageable (en résumé). Et quelle claque !

Se réclamant du style grooverock (pour ce que ça peut être réellement) leur musique se traduit par des rythmes plutôt recherchés, soutenus par une ligne basse présente et groovy à souhait, le tout assaisonné par des guitares précises et des cuivres péchus. Ne pas oublier le nappage de la voix qui est toujours juste et affirme cette personnalité enjoué du groupe.

Trêve de blabla écoutez moi ça !

 

Sandra Bae

Par défaut

Il y a des jours comme ça, où on ne s’attend pas à ce qui va se passer. Ce 22 Octobre 2011, Boulet s’était mis dans un trip d’écouter des reprises de Queen, il en tweet plein, de plus ou moins bonne qualité puis arrive ça :

Et là, la claque mais version XXL. Sandra Bae, jeune coréenne de 18 ou 19 ans avec un jeu à la guitare tout bonnement prodigieux. Spécialisée en guitare acoustique instrumentale, elle a commencé par le piano qu’elle joue encore parfois.

Elle me fait bien sûr penser à Tommy Emmanuel et elle a toute la vie pour parfaire son don.

Je n’ai pas grand chose à dire si ce n’est ajouter deux autres morceaux dans des styles différents :

et sa reprise du thème du jeu Civilization IV où elle a eu droit à un commentaire du compositeur en personne — Christopher Tin — pour la défendre contre un commentaire aigri :

Tombstone Pete

Par défaut

Encore un article musical ! Ne vous inquiétez pas, j’ai des geekeries en attente dans l’arrière boutique 😉 Ce mec est Sud Africain si j’en crois sa bio sur Facebook et il a pas mal vadrouillé en Australie et Nouvelle-Zélande où il a joué dans la rue pendant 2 ans. Il est ensuite revenu en Afrique pour participer à pas mal de festivals.

Sa technique à la guitare n’est pas nouvelle, avec pas mal de percussion sur le corps de la guitare, mais il y mêle une énergie brute rarement vu sur acoustique, qui donne un rendu tout particulier. Il se défini comme un mélange de Rodrigo y Gabriella et de Rage against the machine. Je vous laisse en juger :

Jake Shimabukuro

Par défaut

Internet a une facette organique qui est assez rigolote : les buzz montent plus ou moins vite en puissance puis retombent dans les soubassements des vagues d’information et souvent, on les oublie. Mais parfois certaines remontent pour on ne sait quelle raison, une redécouverte qui les re-propulse au premier plan, souvent pour une courte durée mais tout de même.

Jake Shimabukuro avait déjà percé dans mes flux RSS il y a quelques années de ça avec sa reprise au ukulélé de « While my guitar gently weeps » :

Cette vidéo a 6 ans et Jake est réapparu dans mon lot d’info récemment et il a bien fait son petit chemin depuis : plusieurs albums, festivals et même des coopérations sur scène avec Tommy Emmanuel !

Ce garçon né à Hawaï et d’origine Japonaise a appris le ukulélé très jeune grâce à sa mère qui en jouait. J’ai regardé pas mal de vidéos de lui et à chaque fois c’est pareil : il possède un capital sympathie immense. Il est doux dans sa façon de parler mais on sent qu’il déborde d’énergie et c’est exactement ce qui ressort de son jeu.

Pour moi, il est le mec qui fait que j’essaierai bien le ukulélé un de ces quatre 🙂

Tommy Emmanuel

Par défaut

Vous le savez peut être, je suis guitariste (je joue d’ailleurs dans un duo, Les Éphémères, oui je sais, Facebook c’est mal mais bon…). *Du coup, la guitare est un instrument que j’aime particulièrement — notamment la guitare acoustique — surtout quand il est entre les mains d’un virtuose.

Voilà, quand on a vu ça, on pleure. De joie ou de jalousie, mais on ne peut rester indifférent face à cette dextérité qui ne sacrifie rien à la musicalité. Tommy Emmanuel est Australien et la coïncidence veut que je l’ai découvert à peu près en même temps que John Butler, lui aussi australien 🙂 Mais ils ont des styles très différents.

Tommy est à ma connaissance exclusivement instrumental. Des compositions originales comme « Angelina » :

ou un peu plus spéciale comme « Mombasa » :

nous dévoilent un peu la sensibilité du personnage et ça colle parfaitement avec sa façon d’être. Mais il a su aussi faire des reprises populaires qui fonctionnent toujours sur scène :

On peut y voir un point commun : il a toujours ce flegme classe qui le ferait passer pour un Anglais, et sa joie d’être sur scène à partager sa musique. Pour avoir pu assister à l’un de ses concerts, c’est communicatif, on ressort de là avec un sourire grand comme ça 😀