Hiromi Uehara

Par défaut

Je sais que le Jazz est un style musical assez élitiste. Certains artistes arrivent à se faire connaître du grand public, comme Diana Krall ou Jamie Cullum avec un Jazz que je qualifierais de « facile » (attention, je n’ai pas dit mauvais, c’est une question d’accessibilité, j’aime beaucoup ces deux musiciens), d’autres noms moins faciles d’écoute méritent toutefois qu’on s’y attarde.

Hiromi est à mon avis incontournable dans la découverte de ce style d’autant plus que sa musique est loin d’être opaque tout en restant vraiment Jazz. Cette japonaise est pianiste, elle joue depuis très jeune ce qui lui a permis d’acquérir une dextérité hors du commun, du coup techniquement, déjà, ça en jette. Grave. Elle joue sur 3 claviers différents, parfois 2 en même temps, le tout pouvant atteindre une vitesse hallucinante.

Mais la technique ne faisant pas tout, elle aussi est dotée d’un sens musical exceptionnel qui fait sonner ses morceaux comme autant de poèmes, les ruptures rythmiques nous coupent le souffle pour mieux apprécier la fluidité de la suite. Son bassiste « principal » (elle change souvent de musiciens) est en parfaite harmonie avec son feeling donnant à l’ensemble une cohérence frappante. Je ne parle pas des autres musiciens qui sont moins permanents mais ils sont toujours en osmose avec elle.

Peut être est-ce dû à son entrain communicatif : il suffit de regarder une vidéo ou deux pour s’en convaincre, regardez bien son visage, son langage corporel, on sent qu’elle vit sa musique  et que les autres suivent :

Comme grand moment live, je retiendrais un concert au Duc des Lombards où le synthé est tombé en plein morceau mais elle n’en a eu cure : elle jouait pliée sur elle-même, une main sur le synthé, l’autre sur le piano !