La gendarmerie économise l’argent du contribuable

Par défaut

Une présentation de la migration de la gendarmerie vers les logiciels Libres (vers Ubuntu pour être plus précis) montre que le coût du parc a fortement baissé : 70% d’économie, 50 000 000 € ! Voilà la différence entre acheter 12 000 à 15 000 licences/an à 27 désormais. Il souligne aussi que le changement à été quasi transparent pour les utilisateurs (aucune formation lors du passage à Ubuntu, seulement au passage à OpenOffice.org), les soucis principaux ayant été les icônes et les jeux (précisant que les jeux n’étaient pas leur priorité 😉 ).

En lisant plus en détail la présentation (en pdf ! et non pas ppt !)  les raisons premières du changement ont été amorcées sur un constat, on est en 2000-2002 :

Des systèmes peu souples :

  • très dépendants de certains éditeurs
  • très coûteux sur le long terme
  • peu interopérables

Je ne peux qu’applaudir, ils avaient déjà tout compris. Dépendant d’un éditeur, qui plus est américain pour une structure d’Etat, à mes yeux ça a toujours été une aberration. Très coûteux sur le long terme : on paie à chaque mise à jour non seulement les soft, mais aussi la société de service qui s’occupe du parc. Peu interopérable : là je suis sur le cul, on est n’est qu’en 2002, ODF n’est pas encore une norme ISO et la problématique des formats est encore très confidentielle. Pourtant elle est bien là dans le constat.

Les choix open-source de la gendarmerie sont une conséquence des choix stratégiques :

  • plus respectueux des normes
  • coût de possession très faible à long terme
  • forte indépendance vis-à-vis des intégrateurs

Il est intéressant ici de souligner le point négatif : la forte dépendance vis-à-vis des intégrateurs. C’est vrai, la société engagée pour intégrer les différentes briques de logiciels Libres est la plus apte ensuite à maintenir le parc. Mais cette dépendance est moins grave qu’une dépendance à un éditeur : les données ne sont pas prises en otage.

Je terminerai par le slide récapitulant la mesure des performances de cette migration :

  • Depuis 2002, la gendarmerie a diminué de 17% l’effectif de la chaîne SIC
  • le niveau de sécurité du réseau de la gendarmerie est considéré comme l’un des meilleurs par les services de sécurité gouvernementaux
  • le coût du soutien aux utilisateurs est l’un des plus faibles malgré la forte dispersion (1 technicien pour 180 utilisateurs)

Là encore, le logiciel Libre marque des points. Moins de gens pour faire la même chose et une sécurité exemplaire.

Même si le coût est ce qui va intéresser les gens en premier, cette présentation montre tout de même que le logiciel Libre a vraiment beaucoup d’autres atouts. Le reste de l’Etat devrait en prendre de la graine au lieu de pondre des projets de loi qui menacent le logiciel Libre.

Merci Albanel (MAJ)

Par défaut

Merci de décrédibiliser vous même vôtre propre projet. Vous nous aidez.

MAJ : l’AFP aurait expliqué le changement de texte par une limite de nombre de signes dans leur dépêches qui n’avait pas été respectée dans la première version.